06/02/2016 : de México à El Rosario

Publié le par FDT

Le vendredi 5 février à 21 heures, nous quittons l'aéroport de México à la recherche d'un lieu de stationnement pour visiter la ville les 2 jours suivants.

Comme dans toutes les grandes villes précédemment visitées, nous repérons les quartiers « huppés » pour stationner le camping-car en toute sécurité pendant nos visites.

Direction donc le quartier Polanco, à l'ouest de la ville, quartier de la bourgeoisie aisée, des expatriés et des ambassades...Rien de dépaysant, un quartier à l'européenne avec ses boutiques de marques, ses grands restaurants, ses banques et sièges de grandes sociétés.

Nous tournons pendant près d'une heure à la recherche d'un emplacement gratuit. Le problème n'est pas de payer mais il est difficile de remettre des pièces dans un parcmètre toutes les 3 heures quand nous partons visiter toute une journée !

Nous trouvons finalement le secteur résidentiel où nous stationnons sans difficulté dans une rue gratuite le week-end et en plus très calme...

Le lendemain, « Patchouli, Pataugas, le guide du Routard dans la poche... », nous voilà partis à la découverte du centre historique de México.

Une des plus grandes agglomération du monde située dans une cuvette entourée de volcans de plus de 5000 mètres, une circulation extrêmement dense, une mauvaise combustion des gaz à 2240 mètres d'altitude, 100 000 taxis sillonnant les rues, un aéroport en pleine ville, 200 jours d'ensoleillement par an...sont autant de facteurs qui font de México la ville la plus polluée au monde.

Comme dans de nombreuses villes d'Amérique du Sud, la circulation est alternée ce qui limite le nombre de voitures circulant chaque jour mais a contribué à México à l'achat d'un second véhicule dans de nombreux foyers...

Le métro, assez ancien (47 ans pour la première ligne...) et aussi moche que le métro parisien, nous amène rapidement au centre-ville.

Comme à Río de Janeiro, certains wagons du métro aux heures de pointe sont réservés aux femmes et enfants.

Dans les couloirs du métro, la Vierge veille sur les voyageurs et les affiches de la ville de México souhaitent la bienvenue au Pape par un « CDMX es tu casa ». CDMX = CiuDad de MéXico.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

C'est une incroyable ferveur qui entoure l'arrivée du Pape au Mexique. Dans tous le pays, les affiches de bienvenue et les messages au Pape envahissent les villes aussi bien sur les panneaux publicitaires que dans les magasins.

Nous commençons la visite de México par le cœur de la ville, le zócalo, à la grande unité architecturale.

C'est la 3ème plus grande place au monde après la place Rouge de Moscou et la place Tiananmen de Pékin. Tous les grands événements du pays se déroulent ici.

En ce moment, c'est l'effervescence avec l'arrivée du Pape François, « Papa Francisco », prévue la semaine prochaine. Il effectuera un voyage au Mexique, 2ème plus grand pays catholique au monde après le Brésil, du 12 au 18 février prochain.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

D'un côté, la cathédrale domine le zócalo de son immense façade.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

On se croirait soudain à Venise...car la cathédrale est franchement penchée.

Retour donc sur l'histoire de México...C'est notre culture « C'est pas sorcier » !!!

Selon la légende, le dieu Huitzlipopochtli avait ordonné aux Aztèques de partir à la recherche d'une terre où s'installer et que les dieux leur indiqueraient par un aigle mangeant un serpent sur un cactus nopal (actuel emblème du drapeau mexicain).

Alors que la tribu arrive sur les rives des lacs de la vallée de l'Anáhuac (actuelle vallée de México), la prophétie se réalise. En 1325, les Aztèques établissent donc là leur capitale sur un îlot du lac, dans une zone marécageuse et inhospitalière. Ils réussissent en un siècle à bâtir une somptueuse ville flottante qui compte au moins 300 000 habitants.

A leur arrivée, les espagnols sont éblouis par sa grandeur et sa beauté mais aussi par son organisation sociale et sa propreté.

Une splendide ville flottante s'offre à leurs yeux, couverte de palais gigantesques, de pyramides flamboyantes, entourés de jardins, de marchés, de canaux et d'immenses aqueducs pour alimenter la ville en eau. Après un siège de plusieurs mois qui affame la population et une bataille décisive en 1521, Tenochtitlán tombe aux mains des espagnols.

Cortès fait raser la ville, enfouie aujourd'hui sous plusieurs millions de mètres cubes de terre.

Et c'est sur son emplacement, sur des sédiments lacustres, qu'il fonde México en 1522.

Le sous-sol instable de la ville explique donc le côté penché de nombreux édifices anciens...

L'injection de tonnes de béton dans le sous-sol a permis de stabiliser la cathédrale.

A l'intérieur, un plomb gigantesque suspendu au toit de la coupole centrale permet de mesurer son degré d'inclinaison et l'évolution depuis sa construction.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario

Construite à partir de 1571, la cathédrale ne fut achevée qu'en 1913, ce qui explique ses différents styles.

A droite de la cathédrale, le Sagrario, une église du XVIIIe siècle à la façade churrigueresque, a un air tout aussi penché. L'édifice est truffé de capteurs et d'un sismographe, à l'affût du moindre mouvement...

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

En face de la cathédrale, le Palacio de Gobierno, siège de l'administration du District Fédéral de México.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Autre édifice imposant sur le zócalo, le Palacio Nacional, résidence des vice-rois d'Espagne puis des présidents de la République jusqu'à la fin du XIXe siècle.

La cloche au-dessus du balcon principal serait celle que Miguel Hidalgo sonna le 16 septembre 1810 dans le village de Dolores pour lancer le mouvement d'indépendance du Mexique.

Depuis, chaque 15 septembre à 23 heures, le président de la République refait le même geste en criant ¡Viva México !, repris par la foule.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

A l'intérieur, on trouve les fresques extraordinaires de Diego Riviera, père du muralisme mexicain et de l'art engagé.

Dans les années 20, le ministre de l'éducation mexicain lança le concept de « muralismo » pour mettre l'art à la portée du peuple. Les fresques, peintes sur édifices publics, devaient illustrer les thèmes de l'identité mexicaine.

Les fresques du Palacio Nacional, peintes entre 1932 et 1935, représentent toute l'histoire du Mexique : le mythe fondateur de Tenochtitlán (México), la vie avant l'arrivée des espagnols, le débarquement des conquistadores (représentés avec une tête de cochon...), l'esclavage dans les encomiendas (grandes exploitations)...

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Nous poursuivons dans le Palacio par la visite de l'ancien Parlement puis une exposition temporaire sur les masques du monde et enfin une expo photos.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

A midi, pause MacDo ; on en a un peu marre des tortas, tortillas, quesadillas y compañía...

06/02/2016 : de México à El Rosario

Aux abords de la cathédrale, se rassemblent des groupes de danse aztèque, aux superbes costumes et étonnantes coiffes de plumes.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Une exposition de sculptures géantes de Javier Marín.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Les rues grouillent de vie : vendeurs ambulants, orchestres de rue, musique...une ambiance typique d'Amérique Latine.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

La Plaza Santo Domingo et ses masseurs en plein air.

06/02/2016 : de México à El Rosario

Le Palacio de Bellas Artes fut commandé par le dictateur Porforio Díaz au début du siècle dernier comme théâtre à un architecte italien. Conçu dans un style hybride art nouveau belge et néoclassique, entièrement en marbre de Carrare, il ne fut terminé qu'en 1934. Le dernier maître d'oeuvre conçut l'intérieur en style Art déco.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

En soirée, nous prenons nos tickets pour monter au mirador de la Torre Latino-Americana, au 44ème étage. Cette tour de 138 mètres construite en 1956, premier gratte-ciel de la capitale, résista notamment au tremblement de terre de 1985.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

D'en haut, le panorama à 360° sur México est magique. D'ici, nous réalisons bien le gigantisme de cette ville d'autant plus que la visibilité est excellente. Nous suivons le ballet incessant des avions qui semblent à portée de main.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario

Nous rentrons par le métro vers 21 heures. Bien que Manu stresse toujours lors de nos pérégrinations tardives, la forte présence policière dans le métro de México rassure...

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Le lendemain, changement de décor, direction El Bosque de Chapultepec à 2 quadras de notre lieu de stationnement. Comme tous les quartiers chics du monde, Polanco est bordé par un immense bois, lieu de promenade dominical de nombreux mexicains et poumon vert de México.

Et c'est ici que l'on trouve le Musée d'Anthropologie, le musée d'Art Moderne et le château de Chapultepec.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Nous assistons à la danse des Voladores, des danseurs acrobates Totonaques qui s'élancent dans le vide du haut d'un poteau de 30 mètres, corde attachée à la taille. Les hommes, au nombre de 4, tournent chacun 13 fois autour du poteau soit 52 tour à eux 4. Ce chiffre symbolique représente le cycle calendaire de 52 années. Ce rite ancestral était sans doute dédié à la fertilité, au soleil et au vent.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario

Après le MacDo de la veille, nous voilà déjà réconciliés avec la cuisine sur le pouce mexicaine...Franchement, ces tortas sont délicieuses, tout comme le maïs grillé.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario

Direction maintenant la « Arena México », pour une soirée de « lucha libre », le catch mexicain, né ci en 1933 et extrêmement populaire.

Nous avions repéré la veille, dans un quartier populaire du centre, une arène de catch mais sans pouvoir prendre de billets, les guichets étant fermés. Un mexicain nous avait indiqué que des combats auraient lieu demain, dimanche, et que nous pourrions acheter nos entrées avant le début du spectacle.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

L'accès est aisé par le métro depuis notre quartier de Polanco. Aucune difficulté pour acheter les billets, il reste des places.

De l'extérieur, au vue du quartier plutôt « limite » et de la façade de l'Arena, nous nous attendons à une petite salle. Nous passons le « filtre », une fouille approfondie qui nous dépouille de nos bouteilles d'eau et appareils photos...Seuls les appareils photos des téléphones portables sont autorisés.

Et quelle surprise finalement d'entrer dans une immense salle cylindrique moderne de plus de 3000 places dans une ambiance survoltée : musique, « pom-pom girsl », panneaux publicitaires... Etonnamment,toutes les catégories sociales s'y côtoient.

Un spectacle délirant de 2 heures que Manu et les garçons adorent, beaucoup moins Apolline !!!

A la sortie, les vendeurs de masques envahissent la rue et Louis s'offre le masque de Mistico, un héros du catch mexicain.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Et nous voilà de retour by night dans le métro... Et pour braver jusqu'au bout tous les interdits que nous nous étions fixés, nous quittons México en camping-car vers 22 heures.

Demain lundi commence de nouveau la circulation alternée des véhicules à México (du lundi au vendredi) et nous ne voulons pas courir le risque, avec notre plaque étrangère, d'une interdiction de rouler.

Vers 23 heures, nous arrivons au village de Teotihuacán et stationnons au bord du site archéologique. Au matin, une belle vue s'offre à nous avec la Pyramide de la Lune devant le camping-car.

06/02/2016 : de México à El Rosario

La cité, construite selon un axe nord-sud autour de la chaussée des Morts, voit d'abord se dresser la pyramide du Soleil puis celle de la Lune.

Elle fut l'une des villes les plus importantes du monde méso-américain (civilisations précolombiennes du Mexique et du nord de l'Amérique centrale), le plus grand centre idéologique, religieux et économique de cette partie du continent entre l'an 150 et 450.

A son apogée, elle semble avoir dépassé en taille la Rome antique et entretient de nombreux échanges commerciaux et culturels avec d'autres cités et peuples comme Monte Albán, Cholula ou encore avec les Mayas.

L'hypothèse la plus plausible de sa disparition serait une révolution sociale contre le pouvoir en place car seuls les principaux monuments, symbole du pouvoir, ont été brûlés.

Les édifices s'écroulent et la terre les recouvre, Cortés passe à proximité de l'ancienne cité sans en soupçonner l'existence...Cependant, Teotihuacán conserve une importance rituelle pour les civilisations suivantes et les aztèques s'y rendent régulièrement en pèlerinage.

Teotihuacán est grandiose...

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

La Calzada de los Muertos s'étend de la pyramide de la Lune au nord à la Ciudadela au sud, en passant par la pyramide du Soleil. Tout au long de cette majestueuse perspective s'alignent les principaux monuments du centre cérémoniel.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Encore ici, il faut imaginer les édifices ornés de sculptures et stucs peints de couleurs vives.

De même, les pyramides sont de simples soubassements qui servaient de support aux temples dressés à leur sommet.

La pyramide du Soleil est la plus grande d'Amérique après celle de Cholula qui, elle, n'est pas dégagée comme nous l'avons vu. 215 mètres de côté et environ 63 mètres de haut à l'origine.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

La pyramide de la Lune est toute aussi impressionnante. Des tombes contenant de nombreuses offrandes d'obsidienne, de jade, de coquillages et d'animaux sacrifiés ont été découverts sous la pyramide.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario

La Ciudadela est un ensemble formé par des bâtiments administratifs, un forum et le temple de Quetzalcóatl. La façade du temple est greffée de têtes de serpents à plumes et de masques du dieu de la pluie.

Sous et autour du temple, les archéologues ont découvert des fosses communes contenant les squelettes de 139 personnes (sans doute des prisonniers de guerre) sacrifiées lors de la consécration du sanctuaire.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Et enfin un passage par le musée du site.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Et c'est là que nous rencontrons une famille d'Andernos (que le monde est petit...) en voyage pendant 15 mois en Amérique. Nous terminons la journée ensemble autour d'un dîner, les enfants dans un camping-car, les adultes dans l'autre...

Un agent de la police municipale vient à notre rencontre pour nous indiquer qu'il effectuera cette nuit des patrouilles près des camping-car... et nous serons éblouis à plusieurs reprises dans la nuit par les lumières de son gyrophare !

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario

Le lendemain, nos chemins se séparent, Laure, Guido et leurs 2 enfants, Luca et Milo, poursuivent vers le sud et nous vers le nord...

Cette visite clôt notre chapitre « archéologie mexicaine et guatémaltèque »...

Nous avons finalement visité 8 sites alors que nous pensions au départ nous en lasser plus rapidement,surtout les enfants... à l'image des sites incas au Pérou qui ne nous avaient pas passionnés.

Franchement, nous avons apprécié chaque site visité au Guatemala et au Mexique, chacun différent par son environnement, son style ou sa configuration... Une belle surprise...

Une pause Cned dans une petite communauté...

06/02/2016 : de México à El Rosario

Quelques images prises en cours de route...

Une voiture en vente est signalée au Mexique par un triangle dessus, en Argentine, c'était par un bidon d'eau...

Passage par le village de Dolores, où Miguel Hidalgo lança la révolution à l'origine de l'indépendance du Mexique.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

Nous prenons la direction del Sanctuario de las Mariposas et passons la nuit à Angangueo, avant de rejoindre au petit matin le sanctuaire.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

C'est ici à 3000 mètres d'altitude que se retrouvent pour hiverner des millions de papillons monarques venus des Etats-Unis et du Canada. Un total de 4000 à 5000 km de voyage effectués en 3 à 4 mois.

Ils arrivent au Mexique en novembre et repartent au printemps en mars, léguant à leurs descendants cette mémoire génétique qui leur permettra de retrouver les forêts mexicaines, 4 à 5 générations plus tard. Un vrai mystère de la nature...

Près de 200 millions de papillons monarques hibernent au Mexique.

Malgré son inscription au Patrimoine de l'Unesco, et plusieurs décrets visant sa protection, le sanctuaire des papillons monarques est toujours menacé par la déforestation sauvage et les incendies.

Nous voilà partis à la découverte de ces papillons voyageurs, aux ailes orange, blanc et or.

Ils sont le symbole de l'état du Michiocan.

Le Mexique compte 5 sites d'hibernation dont 2 seuls sont ouverts au public, encadré par des guides communautaires.

Des éléments climatiques extrêmes comme des pluies, des vents et des gelées dans les zones d'hibernation , tout comme des périodes de sécheresse prolongée le long de leur route migratoire, peuvent impacter de manière importante les populations de papillons.

Les papillons repartent fin mars vers les Etats-Unis et le Canada où les femelles pondront leurs œufs (500 œufs chacune mais 4 seulement parviendront à l'âge adulte...) d'où naîtront leurs descendants de courte vie (4 à 6 semaines). Ce n'est donc que la 4ème ou 5ème génération, la génération de la fin de l'été, qui entreprendra la migration et vivra entre 6 et 7 mois.

Après le visionnage d'un petit film de 10 minutes sur l'histoire de cette migration, nous partons avec notre guide. Après ¾ d'heure de marche plutôt « raide », nous y voilà...

Ils s'agglutinent pour ne pas succomber au froid nocturne et pour se protéger du vent, recouvrant entièrement les branches des arbres.

Il est 10 heures, le soleil commence à chauffer et les papillons progressivement quittent leurs branches pour se réchauffer au soleil.

Sous le poids des papillons (pourtant ½ gramme chacun...), les branches des arbres ploient...

Nous resterons 2 heures à observer ce splendide spectacle de la nature... Le circuit est balisé, nous devons rester à bonne distance des arbres.

06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario

Ils sont tellement nombreux dans les arbres, en l'air et même sur le sol qu'il faut veiller, à chacun de nos pas, à ne pas les écraser... Des gardes communautaires passent leur temps à enlever les papillons des allées.

06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario
06/02/2016 : de México à El Rosario06/02/2016 : de México à El Rosario

En reprenant notre route, nous sommes stoppés à un barrage de police avant Morelia.

Les policiers nous indiquent que c'est un contrôle préventif dans le cadre de l'arrivée du Pape à Morelia dans 4 jours.

Après lecture de nos passeports, un des 2 policiers monte dans le camping-car pour l'inspecter tandis que son collègue armé monte la garde à l'entrée.

Le policier demande en espagnol à Louis puis à Grégoire ce que nous sommes pour eux et qui sont les enfants autour d'eux... Déboussolés, ne comprenant pas le sens de la question, ils font au policier une moue dubitative … Ca commence mal !

Il interroge ensuite Gabriel et Apolline qui, eux, répondent par un expressif « Son mis padres, son mis hermanos ! », confirmant que nous sommes bien leurs parents et qu'ils ont en face d'eux leurs frères !!!... ce que confirment en suivant Louis et Grégoire qui viennent enfin de comprendre l'histoire !!!

Puis il vérifie avec les passeports l'identité de chaque enfant en l'appelant par son prénom. Avant de descendre du camping-car, il nous montre ses mains vides, nous dit qu'il nous a bien rendu tous les passeports et qu'il sort les mains effectivement vides... Que de précaution...

C'est terminé, nous avons un peu stressé... et nous repartons vite de peur qu'il ait oublié de nous demander quelque chose... Je pense qu'il nous a sorti toute sa panoplie « anti terroristes déguisés en touristes... ».

10 km après, nous franchissons un nouveau barrage de police sans être arrêtés...

Nous passons enfin Morelia, une grande ville moderne qui s'apprête à recevoir le Pape. Les affiches de bienvenue sont omniprésentes.

Publié dans Carnet de voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bea Martin 31/03/2016 23:32

Zont fait des progrès en espagnol vos ninos Hihihi
Biz