18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Publié le par FDT

Le 18 juin, nous voilà en Equateur par le poste frontière de Huaquillas avec une autorisation de séjour de 90 jours.

L’Equateur représente la moitié de la France en superficie avec 15 millions d’habitants.

Suite à la grave crise économique de 1999/2000 et la dévaluation de 200 % du sucre (son ancienne monnaie), l’Equateur a finalement adopté le dollar américain comme monnaie.

L’Equateur est le 1er producteur mondial de bananes, 3ème producteur mondial de crevettes. Le pétrole représente environ 40 % des revenus de l’état et 50 % des exportations.

Nous traverserons l’Equateur sans assurance puisqu’il n’est plus possible pour des étrangers de s’y assurer. A priori, en cas de sinistre, un fonds national prendrait en charge les dommages…??? De toute façon, on n’a pas le choix !

Nous passons notre première nuit à Arenillas où nous cherchons dès le lendemain matin à recharger nos bouteilles de gaz.

Peine perdue, comme le gaz en Equateur est 4 fois moins cher (2.50 E la bouteille de 15 kg) qu’au Pérou, l’achat de bouteilles de gaz est limité à 2 par foyer et par mois et par carte magnétique, ce qui limite la contrebande. Il nous est donc impossible d’en acheter…

Idem pour le carburant, le moins cher d’Amérique latine, 1.03 dollars le gallon US soit 0.25 E le litre !!! Aux stations service des villes proches de la frontière, l’achat de carburant est limité à 5 dollars pour les étrangers notamment péruviens, et les plaques d’immatriculation des équatoriens sont enregistrées pour éviter les achats répétés de carburant.

Mais la contrebande est considérable, ce qu’on a pu constater au nord Pérou avec les innombrables bidons de carburant vendus en bord de route…

Un plein de carburant à 20 $, quel plaisir pour le porte-monnaie !!!

Dès les premiers kilomètres, les paysages désertiques du nord Pérou sont remplacés par des bananeraies à perte de vue.

Les bananes sont exquises notamment les petites. Seul inconvénient, on ne peut les acheter qu’en régime… Un régiment de bananes comme dit Louis.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

En Equateur aussi, la moto est le moyen de locomotion de nombreuses familles, et dès le plus jeune âge !

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Recharge de nos bouteilles de gaz et soirée foot à Duran, juste avant Guayaquil.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Nous passons à Guayaquil, capitale économique de l’Equateur et ville la plus peuplée avec ses 3.3 millions d’habitants, avec 4 jours d’avance sur l’arrivée de l’avion de Mamie et Papi… Nous en profitons pour découvrir la côte.

Nous assistons en bord de Pacifique à une pêche traditionnelle avec de très longs filets ramenés par une barque et escortés de nombreux pélicans, urubus noirs...

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Après un bref passage par Salinas, station balnéaire huppée et extrêmement bétonnée, nous arrivons tardivement au village de Palmar au bord du Pacifique. L’endroit nous plait car nous pouvons bivouaquer sur la plage. Palmar est un village typique de pêcheurs, sa plage abritée dans une anse bénéficie de belles vagues mais sans courant. Bref, un endroit idéal pour se reposer et profiter de l’océan …d’autant plus que l’eau avoisine les 28° tout comme l’air.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Dès le lendemain, Carmen et sa famille viennent à notre rencontre, très surpris que des touristes s’arrêtent dans leur petit village…

Finalement, après l’arrivée de Mamie et Papie à Guyaquil, nous revenons à Palmar où nous séjournons au total 10 jours…

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Le sable est truffé d’étoiles de mer pour le plus grand bonheur de Louis.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Le déchargement du poisson au retour des bateaux qui pêchent uniquement la nuit, sauf en période de pleine lune.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Carmen (professeur d’espagnol au collège) et sa maman sont à nos petits soins pour nous faire découvrir au comedor familial les spécialités culinaires locales (patacones, bolones de verde, ceviche…), essentiellement à base de poisson, bananes plantains et riz.

Son fils Luis, qui travaille dans le tourisme à Salinas, nous fournit cartes et informations sur les sites à visiter en Equateur et des bracelets « all you need is Ecuador» !!!

Pendant notre séjour, des habitants de Palmar nous offrent poissons, fruits, eau…

Un accueil des plus chaleureux…

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Une soirée délirante lors de l’anniversaire de Maria Fernanda, la fille de Carmen.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Apolline passe 2 jours à l’école avec sa grande copine Victoria et de nombreux moments à jouer ensemble. En Equateur, les plus jeunes ont école le matin de 7h30 à 12h30, 5 jours par semaine, les plus grands l’après-midi.

L’Equateur est un pays fortement catholique, à 95 % de la population. Ce lundi, jour de la visite du pape Francisco à Guayaquil et de sa grande messe, est jour férié pour les écoles de la région.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Il est temps maintenant de poursuivre notre visite de l’Equateur avec Mamie et Papi et nous quittons Palmar avec nostalgie.

Muchas gracias a Carmen, toda su familia y amigos… Hasta luego en Francia ???

En route plus au nord et une première halte à Montañita, paradis des surfeurs. Une nuit au calme sur la plage.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Nous continuons le surlendemain vers Puerto Lopez, notre rendez-vous avec les baleines.

Ici, ce ne sont pas des baleines franches australes comme à Valdes en Argentine mais des baleines à bosse qui viennent se reproduire dans les courants chauds après une migration de plus de 8000 kms depuis l’antarctique.

En route pour 3 heures de bateau où nous aurons la chance d’admirer des sauts de baleine, des groupes de plusieurs baleines et même des dauphins venus s’inviter à la fête.

Et sur le retour, des fous à pattes bleus nous attendent à flanc de falaise.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Et c’est à Puerto Lopez que nous retrouvons avec beaucoup de plaisir Laetitia et Jacky, rencontrés précédemment en Argentine, et qui nous indiquent un superbe bivouac, au calme, au bord d’une belle plage au nord de la ville.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Nous suivons toujours les matchs de la Copa América 2015… aujourd’hui, c’est la finale Chile/Argentina !!! L’Argentine perd aux tirs au but, malgré les encouragements de toute la famille !

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Après Puerto Lopez nous quittons la côte Pacifique direction plein ouest pour rejoindre la sierra.

Une soirée dans le village de Quirogua, au pays du cacao, des bananes, papayes et ananas et des grandes plantations de palmiers pour l’huile de palme.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Après une montée rapide de 100 à 4000 mètres en une quarantaine de kilomètres, nous parvenons à la laguna Quilotoa, un lac de cratère de 3 km de diamètre, à 3920 mètres d’altitude, né d’une éruption survenue il y a plusieurs siècles.

La laguna est superbe mais l’infrastructure touristique environnante gâche le site et les possibilités de balade sont extrêmement réduites.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Le soir, nous dormons à Pujili, village typique de la sierra avec son grand marché hebdomadaire où les paysans viennent vendre leur production ou échanger des marchandises.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Après Pujili, nous rejoignons la Panaméricaine, colonne vertébrale de l’Equateur, du nord au sud au cœur de la sierra. Cette partie de Panam fortement urbanisée ne présente aucun charme. Nous bifurquons vers la région de l’Oriente, la zone tropicale. Les paysages changent radicalement : ici, c’est une profusion de cascades, de plantes et de nuages accrochés au flanc des cerros.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Après Baños, nous rejoignons Puyo pour visiter le refuge Paso de los monos, dans une zone de forêt primaire encore préservée. C’est un refuge officiel qui recueille singes, coatis, tortues, serpents et autres animaux, blessés, issus de la contrebande ou abandonnés par leurs propriétaires.

Les animaux évoluent pour la plupart dans de grands espaces arborés, au plus proche de leurs conditions de vie naturelle afin de faciliter leur réintégration dans leur milieu naturel.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Certains animaux comme ce singe écureuil et son petit ou bien Nana, le coati qui nous suivra toute la matinée, ont choisi, une fois libérés, de rester autour du refuge.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

En fin de matinée, c’est l’heure pour les serpents de prendre un bain de soleil…

Ce boa constricteur de près de 3 mètres et âgé de 30 ans a toujours vécu en captivité, précédemment dans une hostería, et ne pourra donc pas retrouver sa liberté. Il est nourri tous les 15 jours et peut même passer plusieurs mois sans se nourrir.

Par contre, le jeune boa âgé de 2 mois, de couleur plus claire et blessé à la mâchoire, sera relâché.

Avis aux courageux... on peut toucher le boa !!!

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Et chaque serpent, sauf les venimeux, sera sorti de son terrarium sous l’œil vigilant du soigneur.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Après Puyo, nous poursuivons vers le nord de l’Oriente, toujours dans la zone tropicale.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Une soirée à Baeza, à 1800 mètres.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Le lendemain, nous rejoignons le Parque Nacional Cotopaxi. Les parcs nationaux équatoriens sont gratuits et bénéficient de belles infrastructures.

Nous bivouaquons à 3800 mètres, au pied du volcan Cotopaxi, 2ème sommet d’Equateur avec ses 5897 mètres.

Nous effectuons le lendemain sous un fort vent une balade autour de la laguna de Limpiopungo.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Nous poursuivons vers Quito, capitale de l’Equateur à 2850 mètres, située dans une vallée entourée de collines verdoyantes et de volcans.

Le Quito colonial ou centre historique, classé à l’Unesco, dévoile ses nombreuses églises, ses belles rangées de maisons coloniales colorées, ses places pavées…

L’architecture est homogène, le bâti bien entretenu et la ville très propre.

Nous découvrons Quito un dimanche avec son centre fermé aux véhicules et ses nombreuses animations de rue.

La Basílica del Voto Nacional, néogothique, dessinée par un architecte d’origine française et inspirée de la cathédrale de Bourges.

De surprenantes gargouilles en forme d’iguanes, tortues, crocodiles, tamanoirs…

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

La procession de la Virgen de la Merced, patronne de l’Ejercito.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

La Plaza de la Independancia, superbe place arborée entourée de la cathédrale, du palacio del Gobierno (siège de la présidence de la République) et du palacio Arzobispal.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Nous visitons el palacio del Gobierno, tout particulièrement fleuri de roses pour la venue du Pape Francisco à Quito, quelques jours auparavant.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

La vierge de Quito ou « Vierge danseuse » aux ailes d’argent.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

El Convento de San Francisco sur 3.5 hectares, le plus grand ensemble conventuel des Amériques.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Nous stationnons dans les quartiers modernes de Quito, au nord de la ville, autour du Parque La Caroline, un gigantesque parc truffé de terrains de foot, volley, basket, aires de jeux pour enfants … un superbe poumon vert dans cette ville de plus de 2 millions d’habitants.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Nous voilà repartis pour quelques heures dans l’hémisphère nord …

La Mitad del mundo est un site touristique matérialisant la ligne de l’Equateur (en réalité à 240 mètres de là…) par une grande tour en pierre de 43 mètres, surmontée d’une boule figurant la terre.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Le pavillon Francia retrace l’historique de la mission géodésique française menée par Charles Marie de la Condamine entre 1736 et 1739.

En effet, au cours du XVIIIe siècle, surgit une polémique sur la forme de la terre. Pour trancher, l’Académie royale des sciences de Paris, avec l’appui de Louis XV, expédie alors deux équipes de scientifiques, une vers le pôle Nord, l’autre à Quito, possession de la Couronne d’Espagne, pour mesurer l’arc de méridien au niveau de l’équateur.

Le roi d’Espagne joint 2 de ses représentants à cette mission : un travail de titan, d’innombrables obstacles, près de la moitié des savants ne rentrera pas en France…

Les résultats de cette mission ont contribué à la connaissance de la forme de la terre, ainsi qu’à améliorer les connaissances dans les domaines de la géodésie, la géographie, la topologie, l’anthropologie, la physique et l’histoire.

C’est lors de cette mission que furent découverts la quinine et le caoutchouc.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Un autre pavillon abrite une exposition sur le célèbre peintre équatorien Oswaldo Guayasamín.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Une nuit à Calacali, également sur la ligne de l’équateur matérialisée par le 1er monument de 1935 de la Mitad del mundo, démonté en 1979 sur le site de la Mitad del Mundo (et remplacé par le monument actuel beaucoup plus imposant) et remonté dans ce village.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Après 3 magnifiques semaines ensemble, Mamie et Papi rentrent en France.

Nous poursuivons notre route vers le nord et bivouaquons 2 jours en haut des laguna Mojanda et Negra à 4050 mètres, au calme dans un superbe site préservé.

La laguna à 300 mètres en dessous offre de beaux sentiers de randonnée. Les nuits sont fraîches, 10 petits degrés au matin dans le camping-car…

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Nous descendons ensuite vers Tabacundo, avec vue sur le volcan Cayambe, 5790 mètres.

C’est une vallée consacrée à l’horticulture et notamment la culture des roses sous des serres à perte de vue à 3000 mètres d’altitude.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Dans tout le pays, la préférence nationale s’affiche…

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Plus au nord, le village d’Otavalo perché à 2580 mètres est connu pour son marché aux animaux du samedi matin où afflue des villages environnants la communauté otavalo.

Les femmes otavalos sont vêtues d’une longue jupe bleu marine fendue sur un côté, d’un corsage de dentelle brodée, coiffées d’une étoffe repliée sur elle-même et leur cou est orné d’un ras de cou multifils de perles dorées.

Les hommes portent un pantalon blanc, un poncho bleu marine, un chapeau en feutre et les cheveux longs rassemblés en une natte.

Tous sont chaussés d’alpargates, des sandales de fibre tressée.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Le marché très animé du samedi matin : porcs, vaches, moutons, poules, cuys (cochon d’inde)… s’achètent vivants bien entendu !

Mais on trouve également chatons et chiots…

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

Après un très bref passage à la laguna Cuicocha, site très touristique et sans charme à nos yeux, nous passons les 3 jours suivants à la sortie d’Iberra, au calme, au bord de la laguna Yahuarcocha.

Une dernière escale technique en Equateur : rechargement de nos 2 bouteilles de gaz à bon marché (2.50 euros…), dernier plein de carburant à 20 $ et lavandería.

18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan
18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan18/06/15 : de Huaquillas à Tulcan

En soirée, nous rencontrons Omar, cycliste colombien qui entreprend pendant son mois de vacances le trajet Bogota/Quito/Bogota. Il est logé pour la nuit à la caserne de pompiers voisine qui accueille les cyclistes.

Nous l’invitons à partager notre dîner et échangeons longuement sur notre voyage et surtout son pays, la Colombie. Il nous parle de son engagement comme bénévole dans une association pour l’accès des plus défavorisés à l’école et notamment aux universités publiques.

En effet, comme dans d’autres pays d’Amérique du sud, l’université publique est gratuite et de bonne qualité mais souvent réservée aux plus aisés car les concours d’accès sont difficiles et donc seuls les élèves bien préparés (souvent via des instituts privés) parviennent à décrocher une place.

Il nous conseille certains itinéraires et lieux à visiter, précieuses informations d’autant que notre guide français sur la Colombie (le seul qui existe …on ne le nommera pas) est particulièrement incomplet et mal fait !

Il réalise avec Apolline des petites croix du Mexique censées protéger la maison (euh...la casa rodante) et nous fait découvrir les bonbons au café, spécialité de Colombie, et les bocadillos, pâtes de fruit à la goyave.

Nous quittons le 21 juillet l’Equateur à Tulcan, direction la Colombie.

Nous avons tout particulièrement apprécié l’accueil chaleureux des équatoriens à l’image de leur slogan touristique « Ecuador ama la vida… » et la côte Pacifique (surtout Palmar !!!) avec ses villages de pêcheurs et ses belles plages sauvages.

La partie sierra nous a déçue, la Panaméricaine traçant en son flanc des espaces très urbanisés, sans grand charme. Cette sensation a été accentuée par le fait que nous avions vu précédemment une cordillère beaucoup plus sauvage en Bolivie et au Pérou.

Publié dans Carnet de voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luis Segovia 03/12/2015 05:02

Hoooolaaa amigos!!! Quisieramos saber como están y por donde se encuentran? Siempre los recordamos con mucho cariño! Es Luis desde Palmar - Ecuador.

Bea Bertrand Vincent 20/08/2015 22:23

Comme si on y etait ! Manquent les bruits, les odeurs et l'aventure !
Merci de partager comme vous le faites si bien, Vincent apprécie les séquences animalières. Bisous a tous

patrick 10/08/2015 09:59

superbe continuez a ns faire rever!!!!!!!!!

covre sidonie 01/08/2015 14:04

encore un très beau pays et de belles photos
grosses bises
Sido , Manon et Stephen